Comprendre le diabète

Essayons d’expliquer simplement le diabète, par une première approche non exhaustive, afin de sensibiliser l’entourage précieux de la personne diabétique.

Chaque repas, goûter, en-cas est un apport en glucides, donc en glucose, pour notre organisme.
Cet apport passe de notre système digestif à notre sang.

Un pancréas en bonne santé produit alors la juste dose d’insuline, aussi finement et précisément que sait le faire la nature. Cette hormone transporte ce sucre vers nos organes, nos cellules.

Un pancréas de diabétique de type 1 ne produit pas ou plus suffisamment d’insuline pour réguler ce taux de sucre dans le sang. C ’est le diabète insulino-dépendant. Le sucre reste alors dans le sang, ce qui provoque l’hyperglycémie.

courbe-glycemie-diabete

Le traitement est l’injection d’insuline

Il faut alors calculer combien d’insuline est nécessaire en tenant compte de la glycémie avant le repas, du type de repas qui va être pris, de l’activité prévue après… tant de paramètres précis et une grande part d’incertitude liée aux émotions, aux éventuelles infections bénignes.

Le but est de garder sa glycémie entre 0,70 grammes de sucre par litres de sang et 1,80 au plus haut. Cette marge paraît large : respecter cette cible est en réalité un vrai travail.

Un schéma de traitement comprenant une insuline lente et une insuline rapide est alors mis en place par le médecin diabétologue afin de se substituer au pancréas. Ce schéma est personnel et prend en compte, entre autres, l’âge, le poids, la réaction à l’insuline.

L’hyperglycémie

Si la quantité d’insuline n’est pas assez élevée, c’est l’hyperglycémie. Le taux de sucre dans le sang est trop élevé et les organes les cellules s’abîment dans un environnement sanguin sucré. C’est l’hyperglycémie récurrente ou chronique qui est dangereuse. Une mesure de la moyenne du sucre fixé sur l’hémoglobine en trois mois, l’hémoglobine glyquée, est un indicateur du maintien de la glycémie dans la cible.

diabete

L’hypoglycémie

Si la quantité d’insuline est trop élevée, mal adaptée, le sucre dans le sang baisse trop (en dessous de 0,60 gr/litre de sang) Il est important de reconnaitre les signes de l’hypoglycémie car le malaise peut arriver et mettre la personne en danger. Fatigue, vertiges, tremblements, sueurs… les signes sont nombreux et souvent les mêmes chez une personne. La famille et les amis doivent être sensibilisés à ces signes car parfois ce sont eux qui remarqueront une hypoglycémie. Si la glycémie descend lentement, le cerveau compensera et s’adaptera ; aussi, les signes de l’hypoglycémie peuvent apparaître alors que celle-ci est déjà très basse donc possiblement dangereuse.

Le resucrage est alors une urgence 

Il est indispensable d’avoir toujours sur soi ou à proximité immédiate du sucre rapide le plus simple pour remonter le taux de sucre dans le sang possible et du sucre lent pour le stabiliser.