Le diabète est l’une des plus anciennes maladies reconnues.

Un peu d’histoire ;

Les égyptiens ont été les premiers à décrire le diabète, dans un papyrus nommé « papyrus Ebers » sorte de traité médical de remèdes et autres pharmacopées de la médecine égyptienne antique et cela 1 500 ans avant Jésus Christ.

Ils l’associaient à l’eau du corps, décrivant les symptômes de soif intense et d’amaigrissement.

Ces mêmes observations sont retrouvées dès l’antiquité en Chine et en Inde, décrivant des urines de miel. La finesse de la médecine chinoise note déjà un rapport entre l’alimentation et l’aggravation des symptômes pour les personnes à l’urine sucrée. Ils constatent même la toxicité de l’alcool pour les diabétiques (Pas d’écrit sur la qualité de l’alcool de cette époque…)

Saviez-vous que le mot diabète vient du grec ancien ?

Ils donnèrent à cette maladie le nom qui la désigne encore aujourd’hui et cela dans toutes les langues ! Il signifiait alors « passer au travers » évoquant ainsi la fuite des urines. Les médecins grecs avaient remarqué que les personnes diabétiques buvaient continuellement et que l’eau semblait les traverser tant ils l’éliminaient aussitôt. Nous sommes entre 300 et 200 ans avant Jésus Christ.

le-papyrus-Ebers

Soigner le diabète en Europe

En Europe, l’un des outils de la médecine a longtemps été de goûter les urines… Et c’est au XVII ème siècle qu’un certain Thomas Willis, médecin attitré de Charles II roi d’Angleterre, remarquera des urines sucrées chez les personnes diabétiques à la suite de nombreuses dégustations afin de recouper ses observations.

C’est au cours des deux derniers siècles que tout s’accélère. A la fin du XIX ème, l’étudiant allemand Paul de Langerhans isole les îlots de Langerhans sans en comprendre toute l’incidence. Ce n’est que 20 ans plus tard en 1889 qu’un lien est défini entre le pancréas et le diabète.

Ted Ryder reçoit la première injection d’insuline

En 1922, Ted Ryder, jeune Américain alors âgé de 14 ans et en état de coma diabétique, reçoit la première injection d’insuline issue d’un pancréas de porc qui lui sauve la vie ! Ted Ryder a vécu jusqu’à 77 ans. Sa vie fut ponctuée par les avancées de la science au bénéfice du traitement du diabète et par l’amélioration de la qualité de vie des diabétiques.

En 1955, Frederick Sanger décrit la structure chimique de l’insuline humaine. En 1980, l’insuline de porc est « humanisée » en modifiant le seul acide aminé qui la distingue de l’insuline humaine.

Frederick Grant Banting est un médecin et scientifique canadien récompensé par le prix Nobel de physiologie ou médecine de 1923, pour avoir découvert l’insuline. (Wikipédia).

appli-diabete-taux-insuline-mesureinsuline-diabetetype1

Des progrès pour les diabétiques

En 1980, le génie génétique conçoit et produit l’insuline par clonage du gène humain de l’insuline.

Quatre ans plus tard, le laboratoire NOVO industrialise l’hormone.

En 1997 c’est une insuline à action « rapide » qui est créée et en 2003 c’est une insuline à action « lente » qui la complète, puis les stylos, la pompe, les capteurs, les applications. Il est certain qu’aujourd’hui nous sommes nous aussi à une étape charnière des progrès scientifiques.

Et voilà… Nous avons croisé cette histoire du diabète le 18 avril 2016. C’est notre date à nous… Et depuis, l’odeur de l’insuline est l’une de nos préférées !

L’insuline permet la vie. Malheureusement, elle reste un luxe pour trop de personnes, dans trop de pays…